Myanmar, entre Hpa An et le lac Inle (entre autres)

Taux de change lors du voyage: 1 euro = 1650 Kiats environ

Arrivée à Yangon mardi 16 janvier vers 12h. Je retrouve Ludivine, rencontrée via le forum du guide du Routard. Nous allons voyager ensemble pendant trois semaines.

Il y a peu d’embouteillage et nous sommes assez rapidement à l’hôtel dans le centre de la capitale.

Nous partons nous promener dans les rues aux alentours. Ludiwine qui ne connaît pas du tout l’Asie s’étonne de tout.  Nous traversons des marchés, dont celui de la 26è rue, le plus connu. Une rue entière dédiée à la vente d’aliments. C’est tellement rempli que certains vendent au milieu de la rue et quand une voiture passe, les denrées restent sur la route et le véhicule roule par-dessus…

Vers 16h, nous visitons la pagode Shwedagon, l’attraction principale de Yangon. Nous y restons jusqu’à la nuit, admirant ainsi le coucher de soleil et les illuminations. La stupa dorée se voit depuis très loin dans la ville.

Le lendemain matin, nous longeons le fleuve pour y apercevoir la vie locale puis prenons le train circulaire à la gare. Le circuit dure 3h et est vraiment incroyable ! Autant à l’extérieur qu’à l’intérieur ! il y a 39 arrêts en tout. Les gens montent et descendent tout le temps, des vendeurs de pastèques, cacahuètes, clémentines, tabac etc passent pendant tout le trajet. Vers la moitié du chemin, le wagon se vide presque complètement, mais à l’arrêt suivant, une foule immense jette des paquets sur les banquettes depuis le quai. On se demande un peu ce qu’il se passe… puis tout le monde monte et là, ça devient complètement dingue ! les paysans qui vendent sur les marchés de Yangon sont là et commencent à trier leurs légumes pendant l’heure qui suit. Les vendeurs ambulants ne peuvent presque plus passer. Tout le monde se parle, se charrie etc. Les couleurs sont magnifiques, on se régale !

Une station avant le terminus, tout ce petit monde descend après avoir balancé leurs paquets par les fenêtres. Tout cela est très bien orchestré.

Nous déjeunons dans une guinguette remplie de Birmans pour environ 2 euros par personne.

Retour à l’hôtel pour récupérer nos sacs et prendre le bus du soir pour Mawlamyine. Nous pensions être larges en partant de Downtown Yangon à 15h45 pour attraper le bus de 17h, mais finalement, à cause des embouteillages, nous arrivons pile à l’heure et un brin stressées.

6h30 de bus plus tard, nous arrivons à Mawlamyine. Un taxi nous arnaque de 3 euros pour nous emmener à l’hôtel. Il est tard, il fait nuit, nous nous laissons faire.

Jeudi matin, nous voulons aller visiter le plus grand bouddha couché du monde, avec ses plus de 180 mètres. Cela se trouve à 22 km de la ville. Les Taxis ici sont très chers et il nous en coûte 20.000 Kiats (12 euros) pour l’aller-retour.

Le bouddha est toujours en construction et un autre se construit juste en face, on se demande bien pourquoi. Il est possible de visiter l’intérieur où des scènes de la vie de Bouddha sont reproduites grandeur nature et très colorées.

Tout autour se trouvent des centaines de petites stupas, des statues de moines debout (et deux grands assis). Le tout a très mal vieilli ; les peintures s’écaillent et rien n’est achevé mais l’ensemble est intéressant, surtout perdu au milieu de nulle part.

Nous retournons dans Mawlamyine et partons visiter l’île au shampoing, qui se trouve à 300m en bateau. Sur cette toute petite île de 200m de long vivent quelques moines femmes, plein de chiens et une école de petits moines très silencieux. L’île est recouverte de verdure, c’est très verdoyant et apaisant.

Nous passons l’après-midi à visiter des pagodes et admirer le coucher du soleil depuis l’une d’elles.

Vendredi matin, direction Hpa An en bateau… ou plutôt en grande pirogue. Nous mettons 4h. Le paysage est assez beau mais pas exceptionnel.

Nous retrouvons à l’hôtel tous ceux que nous avions croisés avant ! Surtout des français ! Apparemment la Birmanie est peuplée de touristes Français !

Nous ne faisons qu’y déposer nos sacs car avons dans l’idée de dormir dans un monastère le soir. Direction Kyauk Kalap et son rocher perché à 10 km en moto taxi.

Je ne sais pas pourquoi, j’ai alors l’idée inébranlable que nous pouvons dormir au sommet… si on est un oiseau, ça doit pouvoir se faire… En arrivant devant le rocher, nous comprenons vite que ce n’est pas possible et que je me suis trompée de monastère. Nous n’avons pas de chambre réservée pour la nuit et je suis vraiment très énervée contre moi même pour ne pas avoir bien lu les indications. Il y a en effet un autre monastère, en haut d’une montagne ou il était possible de dormir. Mais depuis Février 2017, il est interdit de le faire car un touriste français s’y est suicidé…

Nous décidons quand même de demander aux personnes travaillant là s’il est possible de dormir et, bien qu’ils étaient étonnés de notre demande, nous montrent une grande pièce de 150 m² avec des nattes au sol. La personne nous donne deux oreillers, nous indique les toilettes. Nous avons finalement un endroit où dormir ce soir !

Après avoir admiré le coucher du soleil, nous nous préparons à dormir très tôt. Des moines nous apportent des bouteilles d’eau et nous nous allongeons. C’est très très inconfortable. Le sol est très dur.

A 3h du matin, une centaine de birmans arrivent avec leurs gros sacs, jacassent pendant un long moment puis s’installent avec nous dans la salle après nous avoir dévisagées pendant de longues minutes. Apparemment ce sont des pèlerins qui profitent du monastère pour se reposer.

A 5h, les moines commencent à chanter. Tout le monde se réveille, nous y compris. L’espace de toilette avec son immense réservoir d’eau est pris d’assaut. Les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. Elles se jettent des seaux d’eau froide sur le corps encore habillé.

Ludi et moi préférons aller admirer le lever de soleil.

Après avoir laissé une donation au monastère nous retournons à notre hôtel où nous attend une bonne douche et un bon lit.

C’était une expérience assez exceptionnelle que nous ne regrettons pas du tout. Certainement un des coups de cœur de ce voyage !

Nous visitons ensuite la ville qui en soit n’a pas beaucoup d’intérêt hormis le sourire de ses habitants.

Dimanche, nous partons avec 5 autres personnes (un Australien, une Néo-zélandaise, un Israélien et deux Anglais) dans un tuk tuk visiter les environs. Il nous en coûte 5000 kiats par personne (environ 3 euros) + certaines entrées (5000 en tout).

Les paysages sont somptueux avec des rizières, des palmiers et un ciel bleu éclatant.

Nous visitons des caves et des pagodes. La plus jolie étant Sadan Cave. Au bout de la cave, il y a un lac où des pirogues attendent. Il y a autant de Birmans que d’occidentaux qui les utilisent et elles nous ramènent vers l’entrée de la grotte en passant par des canaux et longeant des paysages magnifiques. Mon endroit préféré en Birmanie pour le moment.

Nous retrouvons à l’hôtel Lou et Mika, qui vont continuer le voyage avec nous.

Le bus de 19h pour Kalaw, plus au nord Est, doit partir peu après.

Nous atteignons Kalaw à 9h du matin le lundi. Il fait froid. Nous sommes à 1300m d’altitude.

En suivant les indications de plusieurs blogs, nous réservons un trek avec Sam. Le trek va de Kalaw au lac Inle.

Ludi choisi un trek de 3 jours avec 2 nuits chez l’habitant pendant que Lou, Mika et moi préférons un guide personnel pour un trek de 2 jours avec une seule nuit chez l’habitant. Nous avons peur de ne pas pouvoir marcher vite et ne souhaitons pas ralentir tout un groupe. Le trek nous coûte 45.000 kiats tout compris.

Départ à 8h le mardi matin. Nous commençons par 40 min de tuk tuk pour rallier notre point de départ. Notre guide est une jeune femme de 21 ans au sourire éclatant. Son anglais est plutôt bon.

Ce n’est en fait pas un trek mais une randonnée. 18 km le premier jour et 16km le deuxième. Mais cela nous suffit. Les paysages, en cette saison sèche ressemblent étonnamment à la France ! Un moment j’ai l’impression d’être en vallée de Sanois et 30 min plus tard en Provence. Nous traversons de nombreux villages et des champs de chilli bien rouges. C’est beau, mais d’après ce que j’avais pu lire avant, je m’attendais à beaucoup mieux. Apparemment les paysages sont plus beaux en septembre ou octobre, après la mousson avec les rizières verdoyantes.

En plus, le premier jour, les personnes que nous croisons ne sont pas du tout souriantes, voire parfois hostiles. Je pense qu’elles voient trop de touristes passer et ça commence à les gonfler !

Les repas sont préparés par notre guide et sont délicieux. Salade d’avocat, nouilles cuisinées aux légumes, riz blanc et ses légumes variés, c’est selon.

Le soir, nous dormons chez une famille dans un village. Il fait vraiment très froid bien que la maison soit en brique. Tous les randonneurs n’ont pas notre chance, certains dorment dans des maisons en bois. La nôtre est en brique mais les fenêtres sont justes couvertes d’un tissu, donc l’air passe.  Il n’y a évidemment pas de douche, juste un seau d’eau glacée derriere une petite facade en bois. La douche attendra l’hotel le lendemain ! Je fais juste une toilette de chat avec un gant.

Je dors plutôt pas mal, car nous avons de grosses couvertures.

Réveil à 6h30 puis départ à 7h30 après un copieux petit déjeuner.

Avec la lumière et la brume matinale, les paysages sont vraiment plus beau. Mais au fur et à mesure que la journée passe, cela devient très répétitif.

Nous arrivons près du lac vers 13h et y déjeunons. Puis une pirogue nous emmène à Shwe Nyaung, au nord du lac, là où se trouvent les hôtels. Il nous faut environ 1h de navigation.

C’est finalement la plus belle partie du Trek !

J’apprécie la douche chaude comme il se doit !

Nous allons nous prélasser 1h près de la piscine même si l’eau ne nous attire pas. Nous sommes à 880m d’altitude, elle nous paraît bien fraiche.

Après une lessive bien méritée aussi pour nos habits, Lou, Mika et moi allons nous faire masser 1h. C’est énergique et souvent douloureux ! Mais ca fait du bien et le prix est modique (7000 kiats).

Jeudi, nous partons tous les 3 en pirogue sur le lac. Départ à 7h30. Il fait encore très froid et avec le vent, nous sommes complètement gelés, mais les paysages sont vraiment magnifiques.

Nous mettons 3h à rejoindre le lac Saga, tout au sud. Il n’y a pas grand-chose à y voir, c’est surtout le trajet qui vaut la peine. Nous visitons une pagode, une distillerie d’alcool de riz et un sanctuaire de chats Birmans. La journée nous coûte 55.000 Kiats donc divisé par 3, ça va. Environ 12 euros par personne.

Nous retrouvons Ludi à l’hôtel qui a enfin terminé son trek de 3 jours. Elle a adoré et serait bien restée plus de temps. Elle part se faire masser pendant que je suis à la recherche de produits pour soigner mes ampoules aux pieds.

Jeudi 26, Lou est malade. Mika et moi restons à ses cotés et en profitons pour nous reposer et visiter le marché.

Vendredi, c’est pas encore la forme pour Lou et Mika et mes ampoules ne diminuent pas malgré mes efforts…

Nous prenons quand même une pirogue le matin pour aller visiter LinDien, un village un peu loin mais mignon avec un coin rempli de pagodes de tous âges. C’est très beau, mais devons nous rendre à l’évidence, nous ne pouvons pas rester actifs trop longtemps aujourd’hui.

Nous prenons le bus pour Bagan à 20h.

 

La 2è partie du voyage se trouve

Toutes les photos sont :

Facebook: @polynatingtheworld

Instagram: polynatingtheworld

 

 

 

 

 

 

 

2 thoughts on “Myanmar, entre Hpa An et le lac Inle (entre autres)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *