Entre Chiang Mai et Bali, visite des iles de Palawan, Java, Nusa Penida et Bali

Mon amie et ancienne collègue Julie m’a rejointe fin mai pour un peu plus d’un mois.

On en a pris des avions et fait des kilomètres en voiture, scooter, bateau ! 3 pays visités et des souvenirs plein la tête.

Visite de Bangkok les 2 premiers jours puis Chiang Mai et Chiang Rai. J’ai d’ailleurs pu faire une micro visite à Care for Dogs, le refuge de chiens où j’étais bénévole en février. Top de revoir Abu, Bella, Hobbs et les autres. Depuis, Hobbs a été adopté !

Retour à Bangkok pour 2 jours, puis avion pour les Philippines. Nous avions prévu de rester environ 10 jours sur Palawan, ile au Sud de Manille, mais un Tiphon nous a fait changer nos plans. Nous avons quand même pu visiter Puerto Princesa et El Nido (avec en prime une traversée de l’ile en van, conduit pas un aficionado de F1 …).

A El Nido, nous avons loué un bateau pour 1 journée pour sillonner d’iles en iles et faire un peu de snorkling, du kayak et admirer les paysages grandioses. L’avantage d’avoir loué un bateau rien que pour nous, c’est que nous n’avions pas de planning à respecter et on pouvait aller dans le sens inverse des autres bateaux, ce qui nous a permis de visiter certains endroits sans personne autour. Ça ne marche pas pour tous les lieux, mais la plupart du temps, ce fut un succès.

La pluie s’étant abattue sur nous dès notre 3è jour à El Nido et les prévisions n’étant pas optimiste, nous avons décidé de fuir devant l’adversité et sommes reparties vers Manille. Comme nous ne devions pas y rester, nous avons loué une chambre pas trop loin de l’aéroport, dans un quartier plus que moyen… Pour déjeuner, nous avons voulu la jouer safe, on a donc dédaigné les vendeurs locaux pour nous diriger vers une valeur sûre… le Mac Do. Quelle fût là notre erreur ! 3h après, nous étions toutes les deux au bout de nos vies ! le reste de la journée et la nuit furent longues. On se demandait même si on arriverait à prendre notre avion le lendemain matin…

Direction Jakarta en Indonésie.

Arrivées à l’aéroport, nous essayons de retirer quelques espèces… ce qui a eu pour conséquence de bloquer nos cartes de crédit ! Apparemment trop de fraudes ici, les banques bloquent tout ! Heureusement, ce fut vite résolu grâce à mon Super Cousin Marc (suis sympa, je mets pas son surnom !) qui a tout réglé avec ma banque en France.

Nous visitons un peu Jakarta, grâce aux bus à étages gratuits. Nous n’y passons qu’une nuit car notre but est de rejoindre rapidement Yogyakarta, dans le centre de Java.

Pour nous déplacer, quand nous devons prendre une voiture, nous utilisons GRAB (équivalent Sud-Est Asiatique de UBER) car les taxis sont horriblement chers et roublards ! C’est encore plus le cas à Bali, où cela frôle le ridicule…

Bref, nous voilà à Yogyakarta.

Ville principale du centre de l’ile de Java. Assez peu touristique et très culturelle. Beaucoup de street art. La ville m’a pas mal fait penser à Chiang Mai pour ses nombreux graffitis et petites ruelles.

Nous avons visité le palais, la mosquée cachée et autres trésors.

Puis nous avons réservé une visite guidée avec chauffeur qui a débuté à 3h du matin ! Direction le temple de Borobudur, construction bouddhiste du 9è siècle. Vraiment impressionnant ! Vue du ciel, il paraît que cela forme un mandala. Vue de 1m60, ce sont plein de stupas les unes à côté des autres, en cercle. Nous y étions dès 4h du matin pour admirer le lever du soleil… bon, de ce côté-là, on n’a pas été chanceuses car le soleil a à peine pointé le bout du nez à travers les nuages. Mais ensemble néanmoins magnifique.

Puis nous sommes allées au pied du Mont Merapi, là encore sous les nuages… la vue est paraît-il magnifique, nous n’en avons malheureusement pas vu grand-chose. En revanche, nous avons terminé la journée au temple de Prambanan. Ensemble m’ayant beaucoup fait penser à Angkor Wat, au Cambodge, mais en moins grandiose.

De Yogy, nous avons pris un chauffeur pour nous emmener jusqu’à Ubud, sur l’ile de Bali, mais en nous arrêtant 2 fois en chemin afin d’admirer les volcans Bromo et Ijen. Absolument incroyable de beauté ! Et nous avons eu de la chance niveau temps pour une fois !

Départ le premier jour à 7h30. 12h de route pour arriver au pied du Mont Bromo. 12h mais uniquement 450 km parcourus !

Lever à 2h30 du matin la nuit suivante. On monte sur une montagne en face de Gunung Bromo en 4×4, il faut 1h30. Il fait un froid épouvantable ! Nous comprenons alors les loueurs de manteaux en bas… Nous attendons une bonne heure à un endroit stratégique connu de tous. Mais le spectacle est magnifique avec les premières lueurs du soleil qui jaillissent sur le Mont Bromo en face de nous.

Nous restons admirer le paysage un moment puis repartons en 4×4 cette fois en bas du volcan afin de l’escalader à pieds ou à cheval (à pieds pour nous). Le paysage est lunaire, la lumière magique.

Retour à l’hôtel pour une douche et un petit dej avant de repartir vers 10h pour Ijen. 5h de route.

Lever Minuit. 1h30 de voiture puis 1h30 de marche pour accéder au sommet. Il fait nuit noire, la montée est ardue pour moi et mon asthme. Julie galope comme un cabri dans la montagne !

Pour la meilleure vue sur le lever du soleil, il faut encore 20min de marche. Il fait toujours nuit noire et il est difficile de se repérer. Alifian, notre guide nous dit juste régulièrement « n’allez pas trop à gauche ». A gauche, tout est noir. Loin de moi l’envie d’y aller de toutes façons !

Tout en haut, nous commençons à apercevoir les premières lueurs du soleil. Mais bon, pas de quoi casser 3 pattes à un canard. Je suis assez déçue et l’idée d’en avoir ch… pendant 90 min en montée juste pour ça me rend encore plus mécontente et fatiguée (je n’ai dormi que 2h)… Mais Julie est partie un peu plus loin et m’appelle. Je la rejoins, et là ! je comprends tout l’intérêt de ce point de vue !

Là où c’était tout noir avant, commence à immerger de la nuit le cratère de Ijen ! Son lac bleu turquoise, ses vapeurs de souffre et ses rebords blancs et striés. C’est juste sublime ! Nous n’arrivons pas à détacher nos regards de ce panorama tellement incroyable.

Lors de la redescente, nous croisons des porteurs de souffre reconvertis ce jour-là en vendeurs de sculpture sur souffre. C’est en effet le dernier jour du Ramadan et peu travaillent. Pour les apercevoir, il aurait fallu descendre dans le fond du cratère et le chemin est paraît-il très pentu et escamoté.

Retour à l’hôtel pour douche et petit dej puis départ pour Bali. Nous attrapons un ferry qui nous amène tout à l’ouest de l’ile. Un chauffeur nous y attend et c’est reparti pour 5h de route jusqu’à Ubud.

Arrivées à Ubud, je dine avec Béné et Didier, rencontrés au Myanmar en janvier puis recroisés sur Hoi An en Avril.

Julie et moi sommes crevées de notre petit périple. Notre première journée à Ubud sera consacrée au farniente près de la piscine (et retouche photo pour moi).

Le lendemain, nous partons en scooter au temple Pura Empuul où les croyants (ou pas d’ailleurs), se baignent dans des bassins et plongent la tête sous des cascades d’eau sacrée.

Nous allons ensuite aux Terraces de riz de Tegallalang, où je retrouve ma nièce Manon qui effectue un stage de 7 mois sur l’ile. Sympa de se retrouver ici !

Le jour d’après, nous visitons Ubud. Enfin, nous arpentons les 2 rues principales et profitons d’un massage pour finir de nous relaxer.

Ubud a apparemment beaucoup changé ces dernières années. Je ne sais pas vraiment comment c’était avant, mais maintenant, c’est bruyant, encombré, monotone… des boutiques et des restos tout du long. Tout est standardisé. Toutes les boutiques vendent la même chose et tous les 5m, vous êtes accostés soit pour un massage, soit pour un taxi… ce n’est pas franchement agréable…

Après ce jour-là, la météo a fait des siennes et nous nous sommes pris des trombes d’eau à maintes reprises. Mais il en fallait plus pour nous arrêter.

Armées de nos ponchos, lunettes anti pluies et d’un scooty local, nous avons écumé les sites à voir autour d’Ubud. Pura Taman Ayun, Jatiluwih rice terraces, Pura Alun, Monkey Forest etc Mais je dois avouer que conduire un scoot peu vaillant sous des trombes d’eau n’est ni facile ni agréable !

Après 1 semaine sur Ubud, nous avons rejoint Nusa Penida, petite ile à l’est de Bali. Moins connue que sa grande sœur, Penida est aussi moins touristique et plus rurale. Pas de maison ou bâtiments de plus de 1 étage, c’est reposant.

Mais la tranquillité à son revers, les routes sont souvent impraticables !

Premier jour, nous avons rejoint KelingKing, belvédère le plus connu de l’ile avec son avancée en forme de T-Rex. Mais ça se mérite ! La route pour y arriver est catastrophique ! Enfin, route, c’est un bien grand mot ! Environ 10 km avant d’y arriver, il n’y a plus de route. Plus de bitume. Il faut donc slalomer entre les trous, rochers etc. 1H pour 10 km… Et en arrivant, évidemment, il s’est mis à pleuvoir ! Impossible de descendre admirer la plage en contre-bas (Pas que j’en avais envie de toutes manières, mais Julie oui).

Nous sommes reparties déçues vers Angel’s Billabong et Broken Beach (sous le soleil cette fois).

Nous avons aussi passé une journée à la plage de Crystal Bay où les fonds marins sont peuplés de poissons colorés et de toutes tailles. Et ça, juste à 5m du bord !

Un autre jour, nous sommes allées à Atuh Beach. Il faut descendre des marches escarpées pour l’atteindre mais ça vaut le coup. En y arrivant assez tôt, nous avons eu la chance de profiter d’une plage quasi déserte et d’une vue splendide. En effet, la marée était haute donc recouvrait tous les rochers qui apparaissent dès qu’elle descend. Du coup, c’est moins joli et c’est plus casse-gueule !

En repartant vers notre hôtel, petite halte à la cave de Giri Putri, où on vous obligent à faire une donation d’au moins 20.000 IDR (environ 1,5€)… comme c’est le cas partout sur Nusa Penisa, temple, route, il faut sortir le billet pour payer le bakchich ! Du racket sauvage à haute dose…

Après Nusa, retour sur Bali. Julie est partie prendre son avion pour Paris tandis que j’attendais le lendemain pour prendre le mien pour Singapour… mais c’était sans compter sur le volcan Ayung qui a juste laissé le temps à Julie de partir. Du coup, voyage différé d’une semaine ; je suis rentrée sur Ubud où je suis bénévole à Villa Kitty, refuge pour chats. Les chats sur Bali sont très souvent maltraités et le plus souvent les chatons sont abandonnés dans les rizières ou marchés et temples…

Je retrouve par hasard Laura et Kevin, 2 irlandais rencontrés à l’hotel au Vietnam. Nous passons nos soirées ensemble pendant une semaine. L’Asie du Sud-Est est décidemment très petite !

Mon job au refuge est simple et de tout repos : je dois câliner les chats !

J’ai dès le premier jour décidé de ne visiter que les chats en quarantaine. Ils ne voient que très rarement du monde. J’y passe 5h par jour. Pendant 3 semaines.

Lani, bénévole avec moi à Jack’s cat café à Hoi An m’y retrouve régulièrement pour jouer avec les quelques chiens qui squattent aussi le refuge. Quand je vous dis que l’Asie du Sud-Est est petite!

Ne s’occuper que des chats en quarantaine est parfois éprouvant. Comme on peut s’en douter, je m’y suis attachée. Et quand dans la chambre des FIP, Arthur est tombé très malade, et qu’il a fallu le faire piquer, ce fut une dure soirée.

Et dès que je suis arrivée à Singapour, j’ai appris que mes 2 chatounes Adè-Drusha et Whisper ont elles aussi dû être euthanasiées. Là aussi, ce fut très dur. Autant je m’y attendais pour Whisper, autant pour Drusha, ce fut un choc. Je pensais vraiment la revoir la semaine suivante. Elle est celle avec qui j’ai passé le plus de temps, au moins 2h par jour où elle se blottissait dans mes bras en ronronnant. Et elles deux n’avaient que 4 mois environ.

Et lors d’une balade sur le marché de Ubud, j’ai croisé un jeune couple de Turcs ne sachant comment réagir devant un chaton en détresse. Ni une ni deux, me voilà avec le chaton dans le sac, direction le véto. Villa Kitty est ok pour le prendre. Mais c’est mieux de vérifier que tout va bien avant. Malheureusement, Honey (son petit nom), souffre du Typhus félin, maladie hautement mortelle…

Et puis, pendant tout ce temps, il y avait la coupe du Monde !!! Bon, matchs tard le soir ou en pleine nuit, mais sympa de se lever à 1h45 pour trouver un bar ouvert. Très amusant de vivre ça de l’étranger. Mais que c’est frustrant de voir à quel point l’équipe de France est détestée par le reste de l’Europe !

Enfin, on est champions du Monde, alors je m’en tape !!!!

Pour plus de photos, c’est ici

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *